France, News

Rythmes scolaires: le directeur de l’enseignement secondaire démissionne

Publié le 02 mai 2014 à 14:40 - 0 commentaire

benoit-hamon

L’application de la réforme des rythmes scolaires devient de plus en plus compliquée pour Benoît Hamon. Le directeur de l’enseignement secondaire du ministre de l’Education  Nationale a démissionné de son poste.

Jean Paul Delahaye, proche du précédent ministre Vincent Peillon, a présenté sa démission mercredi. Il avait déjà annoncé au nouveau locataire de la rue de Varenne son départ du ministère avant l’été. Il devait présidé le 5 mai prochain devant le Conseil Supérieur de l’Education, le projet complémentaire du nouveau ministre. Un départ qui intervient dans un contexte particulier. Benoit Hamon  vient de présenter les nouveaux assouplissements de la réforme. Le numéro 2 de l’Education Nationale vit très mal la modification d’un projet de loi sur lequel il a travaillé durant deux ans.

Benoît Hamon a affirmé qu’il ne « détricotait » pas la réforme engagée par son prédécesseur. »Là où des adaptations sont nécessaires, je les autoriserai » a poursuivi le ministre.« Mais ce sera dans le cadre d’un premier décret passé sous Vincent Peillon, et dans le cadre du décret complémentaire que je passe: il ne concernera donc que des dérogations, des expérimentations, donc des minorités de communes. »

Lors d’une visite d’une école primaire dans la Seine-et-Marne, ce vendredi, le ministre de L’Education Nationale a rappelé la nécessité d’appliquer cette réforme dans de bonnes conditions.« Réussir cette réforme, ce n’est pas juste l’imposer partout là où elle est difficile à mettre en oeuvre », explique Benoît Hamon, « sinon ce serait le désordre à la rentrée, et je ne veux pas en être responsable. »

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins