France, News

Un 1er Mai syndical en demi-teinte

Publié le 02 mai 2014 à 12:17 - 0 commentaire

organisations-syndicales

A l’occasion de la fête du travail, les syndicats ont effectué leurs traditionnels défilés. Un 1er mai marqué par la désunion syndicale.

Les syndicats ont de plus en plus de mal à mobiliser.Hier, c’est une centaine de milliers de personnes qui ont défilé dans les rues parisiennes, sous la pluie. Au total, ce sont plus de 300 manifestations qui se sont déroulées dans tout le territoire.

Le premier constat que l’on tire de ce défilé traditionnel du 1er mai est la désunion des organisations syndicales. La CGT et Force ouvrière manifestent contre la politique du gouvernement de Manuel Valls. L’UNSA et la CFDT ont préféré se  rassembler sous la bannière de l’Europe.

Pourtant Thierry Le Paon, secrétaire général de la CGT avait appelé à l’union pour ce défilé mi-avril. Un appel rejeté par Laurent Berger, numéro un de la CFDT. « On n’a pas d’objectifs communs à partager »« nous ne pratiquons pas tout à fait le même type de syndicalisme, il ne faut pas se mentir », avait-il répondu.

La CGT s’est  félicitée de la mobilisation de manière sobre, en parlant d’un « bon départ pour un mois de mai très revendicatif« . « Malgré les vacances, le pont et parfois la pluie, souligne-t-elle dans un communiqué, avec 210 000 manifestants dans 296 rassemblements souvent unitaires (à comparer à 160 000 l’an dernier), les salariés, les privés d’emploi, les retraités ont exprimé leur colère mais surtout leur volonté de changement ». Les services de préfecture de police ont dénombré près de 100 ooo personnes.

D’autres mobilisations syndicales sont à venir. Le 15 mai, la CGT a appelé à manifester contre l’austérité.

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins