France, News

La légitimité du triumvirat sera scellé par un vote

Publié le 02 juin 2014 à 14:53 - 1 commentaire

 

1223417

La nouvelle désignation de la direction de l’UMP, non conforme aux statuts du parti et contesté par certains cadres, fera finalement l’objet d’un vote.

Pour repartir du bon pied, il faut faire les choses dans l’ordre. Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et François Fillon ont décidé de formaliser le triumvirat. Juridiquement, cette direction collégiale est contraire au règlement du parti. L’article 24-5 des statuts du parti préconise qu« en cas d’empêchement, le président est remplacé par le vice-président délégué ; il en est de même en cas de vacance de la présidence jusqu’à l’élection d’un nouveau président. » Ainsi le triumvirat mené par les trois anciens premiers ministres doit préalablement se soumettre à un vote afin de devenir légitime. Un scrutin, qui selon ces trois hommes se tiendra avant la date du 15 juin.

Autre anormalité. Le triumvirat n’était pas habilité à programmer la tenue d’un congrès. Selon Le Point, seule la haute autorité de l’UMP, indépendante de la direction du parti et représenté par Anne Levade est apte à organiser l’élection du président. Pour éviter tout vice de forme et un nouveau scandale, Jean-Pierre Raffarin,Alain Juppé et François Fillon ont déclaré ne prendre aucune décision avant le vote formel.« Dans cette attente, nous nous interdisons de prendre quelque décision que ce soit », jurent les trois anciens Premiers ministres.

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. Sondage: Alain Juppé meilleur challenger face à Marine Le Pen - France | Actu politique - 16 juin 2014

    […]  des sondés estiment que le maire de Bordeaux  est le meilleur challenger face à Marine le Pen, qui recueille 21% dans le cadre de […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins