International, News

Syrie: tenue d’une élection présidentielle malgré la guerre

Publié le 02 juin 2014 à 15:25 - 2 Commentaires

Malgré un pays ravagé par la guerre et un dizaines de  millions de personnes déplacés, Bachar-Al-Assad a maintenu l’organisation de l’élection présidentielle qui se tiendra demain.

C’est dans un Etat meurtri par trois ans de combat qui se déroule l’élection présidentielle en Syrie, mardi.Le président sortant Bachar-Al-Assad se représente à nouveau et est même certain de remporter le scrutin. Il affrontera deux candidats inconnus ou presque. Il s’agit de Maher al-Hajjar, un député indépendant originaire d’Alep et Hassan al-Nouri, un homme d’affaires de Damas.

Cette élection constitue une première car Bachar-Al-Assad et son père Hafez ont été nommés à la présidence par le biais de référendum. Cependant, le scrutin se déroulera uniquement dans les zones contrôlés par le régime. A la frontière libanaise, Ils étaient un million de syriens à se rendre aux bureaux. Même schéma en Jordanie  où les partisans du président sortant se sont mobilisés. L’opposition ainsi que la communauté internationale ont qualifié de « farce » cette élection présidentielle.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les élections présidentielles en Syrie, critiquée par les rebelles et la communauté internationale - L'édito | Actu politique - 3 juin 2014

    […] la télévision d’Etat le président actuel, Bachar Al-Assad a toutes les chances d’être réélu à l’issu du vote qui a lieu […]

  2. Bachar Al-Assad réélu en Syrie sans aucun surprise - International | Actu politique - 5 juin 2014

    […] scrutin sans grande surprise. Avec 88,7% des voix, Bachar Al-Assad sort grand vainqueur des premières élections démocratiques en un demi-siècle. En effet, […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins