France

Reportage: Black History Month à Paris, Katherine Claver sort ses griffes.

Publié le 03 février 2012 à 10:39 - 0 commentaire

Il est 19h30 mardi, le silence est d’or et la salle Félix Eboué du Ministère de l’Outre-mer est comble. En fond sonore, un film est diffusé sur écran géant. Des images, des documents d’archives montés avec une voix française, les traduisant, incisive et discrète.
L’effet est immédiat ! Les invités sont captivés par  le documentaire pour nous expliquer comment les Black Panthers ont révolutionné les mouvements civiques américains. Du film, une femme se dégage, magnétique, saisissante; cette Rosa Parks des sixities à la coupe afro sort du lot dès les première minutes de ce film en noir et blanc.
40 ans après et toujours magnétique, Kathleen Cleaver, ancienne chargée de la communication du Black Panther Party est là, devant nous accueillie sous les applaudissements d’une foule déjà conquise et émue.
Invitée d’honneur du Black History Month français, la militante américaine, figure de proue est là, répondant au question de la centaine de journaliste perturbées par l’icone de mouvement black américain.
Pour  la première fois en France, l’événement organisé par le label de musique Dooinit et l’agence de communication H2A Com , sur le modèle du Black History Month américain (BHM), n’est pas prêt de s’arrêter. Inspiré du Negro History Week, créé en 1926 par l’historien Carter G. Woodson, le Black History Month est un acquis du mouvement des Droits civiques des années 1970 et commémore chaque année en février la culture et l’histoire des afro-américains.
Une panthère qui sort toujours ses griffes
En 2012, la fiction aura rejoint la réalité. Après le phénomène crée par  la couleur des sentiments,  cette combattante sur la scène nous rappelle, un sujet qui révolutionné l’engagement activiste: la place des femmes noires au sein du Black Power.
Jeune femme mobilisée par le cœur et par la voix, au physique de mannequin, Katherine Cleaver, nous permet le raccourci avec la beauté de son geste. Fières et fortes,  ces femme pour qui l’acceptation de la beauté du corps et des cheveux frisés étaient primordiales ont révolutionnées les années soixante américaine symbolisées par la coupe afro, toujours tendance à l’heure actuelle.
Dans un pays « de la frontière », comme elle le dit, où l’on songe à limiter le droit de vote par la nécessité d’un document avec une photo (permis…) la black panther va t elle rugir à nouveau devant nous ?
La réponse est oui ! Quoique ! Aujourd’hui la black panther ne sort plus ses griffes mais toujours prête à se défendre car elle reste une espèce traquée par les « Pigs ». Comme l’un des slogans de ce mouvement, « Le pouvoir par la justice plutôt que la justice par le pouvoir » , Cleaver nous met face au dilemme de la lutte armée ou non. Comme elle même,  les femmes ont été à l’avant-poste de la lutte. Elles ont œuvré pour la diffusion de leur message afin de réformer une société profondément inégalitaire.
 Mis en exergue par le documentaire de 1968 d’Agnès Varda sur le mouvement, projeté en ouverture,  le slogan «Black is honest and beautiful»,a illustré un combat politique qui est encore dans les esprits. Plus encore que des activistes, les Panthers ont été le premier mouvement avec des femmes. Néanmoins, comme elle l’explique ce modèle n’était pas inadaptable en France, ni dans le reste du monde. Ces résistants pour l’égalité, dont le discours et les actions dérangeaient au plus haut niveau de l’État étaient devenues la bête noire que l’on voulait abattre par tous les moyens (emprisonnements, assassinats, infiltration).
Cette  guerre à l’usure, menée à leur encontre par le F.B.I, a poussé les militants du parti dans leurs retranchements et a fini par les miner de l’intérieur.
Véritable exemple, Catherine Cleaver sera certainement la figure noire que le 21 ème siècle aura révélé. Une personne sage d’esprit, réaliste, humaine dont Barack Obama devrait s’inspirer plus souvent.
Sortez vos griffes, les Panthers sont de retour !

 

Reportage d’Antoine Desmarais et Laurène Ferran
Vidéo d’Agnes Varda : Documentaire tourné a Oakland au cours des manifestations autour du procès Huey Newton, leader des activistes noirs du Black Panther Party

 

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bayrou : « Je suis en désaccord avec la nouvelle carte des régions »
  Invité de France Info ce matin, le président de MODEM a estimé que cette nouvelle carte des régions était « totalement absurde. » «Je suis absolument en désaccord et je trouve que tout cela est absurde. On a l’impression que la loi de l’absurde est celle qui préside à la définition de cette carte des régions. […]
Lire la suite
  • L’heure de vérité pour Sarkozy à l’automne
  • Journée de manifestations avant la Conférence sociale
  • Elisabeth Guigou s’en prend aux contrats de génération, à la taxe à 75% décidées par Hollande
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins