International, News

Brésil : indignation du gouvernement après les nouvelles révélations d’espionnage américain

Publié le 03 septembre 2013 à 12:05 - 0 commentaire

Dilma Roussef 2Le gouvernement brésilien a qualifié lundi d' »inadmissible et inacceptable » un cas présumé d’espionnage des communications de la présidente Dilma Rousseff par les Etats-Unis et a demandé des explications rapides par écrit. Si elle est confirmée, l’interception par les Etats-Unis de communications de la présidente, révélée dimanche par le journaliste Glenn Greenwald sur TV Globo, « représente une violation inadmissible et inacceptable de la souveraineté brésilienne », a déclaré le chef de la diplomatie brésilienne Luiz Alberto Figueiredo lors d’une conférence de presse, réclamant de « rapides explications officielles par écrit ».

Selon les nouvelles dénonciations diffusées par la chaîne Globo TV dimanche soir, les Etats-Unis ont espionné fin 2012 les communications de la présidente brésilienne et de l’actuel président du Mexique Enrique Peña Nieto, lorsqu’il était candidat à la présidence. Pour ces nouvelles révélations, Globo TV a bénéficié de la collaboration du journaliste de The Guardian Glenn Greenwald, installé au Brésil, qui a divulgué un document détenu par l’ex-informaticien du renseignement américain Edward Snowden. Daté de juin 2012 et intitulé «Espionnage de données, étude de cas du Brésil et du Mexique», ce document de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) remis par M. Snowden indique que l’agence cherchait notamment à avoir «une meilleure compréhension des méthodes de communication et des interlocuteurs» de Mme Rousseff et de ses collaborateurs grâce à un programme qui permet d’accéder à tous les contenus visités par la présidente sur Internet.

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins