Elysée 2012, France

Sarkozy réagit au choix de Bayrou : «C’est sa logique on a du mal à y trouver une cohérence»

Publié le 04 mai 2012 à 09:23 - 1 commentaire

Nicolas Sarkozy sur Europe 1

Sarkozy réagit au choix de Bayrou : «C’est sa logique on a du mal à y trouver une cohérence». Sur Europe 1, Nicolas Sarkozy estime que «François Bayrou a le droit de faire les choix qu’il souhaite», soulignant qu’«il est assez constant puisqu’en 2007, il avait indiqué qu’en aucun cas, il ne voulait voter pour moi. A l’époque, il ne parlait pas de ma violence. Je devais avoir d’autres défauts. Mais cela ne m’avait pas empêché d’emporter l’élection». Et le président-candidat de nuancer aussitôt son propos : «Si vous aviez poursuivi l’intervention qu’il a faite, il a indiqué qu’après avoir bien réfléchi, il allait voter Hollande et il poursuit : qui conduira le pays à la faillite au mois de février. C’est sa logique. On a du mal à y trouver une certaine cohérence». Le président-candidat, pour qui «une voix vaut une voix», ne veut pas «accabler» le centriste. «J’aurais préféré bien sûr qu’il fasse un autre choix», mais «je comprends l’amertume d’un homme qui a perdu la moitié de son électorat en cinq ans». «Je n’ai pas voulu de marchandage, ni de négociation», dit-il encore avant de souligner que «de nombreux centristes ont rejoint (s)a candidature». Et de conclure : «Je ne pense pas que cela ait une plus grande importance que cela, la seule chose qui compte c’est 40 millions de Français dimanche prochain».

7h30. Sarkozy ne commente pas les sondages. Invité d’Europe 1, Nicolas Sarkozy refuse de commenter notre sondage BVA, dans lequel François Hollande reste favori mais dans lequel l’écart avec lui se resserre. «C’est tout à fait normal que vous commentiez les sondages, mais ne croyez-vous pas que c’est plus logique de dire qu’il faut attendre le vote des Français ?», interroge le président-candidat, qui estime que «le peuple de France» a «le sentiment que cela leur vole une liberté».

7h28. Pour Nicolas Sarkozy, cette dernière journée de campagne est le «jour le plus court». «C’est le dernier jour de la campagne. Je pars aux Sables d’Olonne. C’est ma dernière réunion. Il y a près de 40 millions de Français qui vont manifester leur vote dimanche. On aura la réponse dans 48 heures. On ne peut l’aborder que sereinement. Ce sont les Français qui ont la décision», déclare-t-il sur Europe 1.

source: Le Parisien

Réactions

1 commentaries

  1. anne boutel dit :

    Bayrou est « foutu »: il a scié l’arbre sur lequel il était assis. Son initiative est nulle, ce n’est plus un homme droite ni de gauche, il n’était d’accord avec aucune proposition de Hollande mais plutôt avec certaines de Sarkozy!!!En plus il n’est pas du tout sûr que les gens du centre soient d’accord avec cette attitude purement anti sarkozyste, ce que l’on vit depuis plusieurs mois…


Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Stupeur et tremblements à l’annonce du nouveau gouvernement – L’édito de Christophe Barbier
    Le vent frais espéré ne soufflera pas sur le nouveau gouvernement de Manuel Valls. Deux nouveaux entrants ,François Rebsamen (Travail, Emploi et Diaologue social) et Ségolène Royal (Écologie et Transports), ce n’est pas suffisant. L’édito de Christophe Barbier.
Lire la suite
  • Explosion démographique : nous serons 11 milliards en 2100 ! (1)
  • Enregistrements de Sarkozy: l’avocat de Buisson prétend que ce sont des enregistrements de travail
  • Affaire Hollande-Gayet : L’édito de Christophe Barbier
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins