France, News

La demande de levée des poursuites judiciaires contre Guaino rejetée

Publié le 04 juin 2014 à 15:51 - 0 commentaire

photo Henri Guaino

Henri Guaino sera bel et bien  jugé par la justice pour « outrage à magistrat ». Avec une majorité de 137 contre 103, la demande de suspension des poursuites judiciaires engagées à son encontre a été rejeté.

Henri Guaino a été renvoyé en correctionnelle  le 22 mars 2013 pour avoir accusé le juge Marc Gentil d’avoir déshonoré la justice » en mettant en examen Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire Bettencourt. Hier les députés ont rejeté la demande de suspension des poursuites judiciaires dont il fait l’objet. Son procès aura lieu le 22 octobre à Paris.

Sa demande a été soutenue par l’UMP, l’UDI, les radicaux de gauche mais cela n’était suffisant pour lui assurer une majorité lors du vote. Le député des Yvelines a ainsi justifié sa demande de suspension devant ses confrères. »C’est de l’institution parlementaire elle même, de son indépendance et de sa dignité dont il s’agit« , a-t-il plaidé avant de poursuivre: «  imaginez ce que deviendrait le débat parlementaire si toutes les exagérations et provocations étaient interdites. Voulez-vous un Parlement debout ou un Parlement couché, qui ne défend même pas sa première liberté : la liberté d’expression », a-t-il renchéri.

Le président de la commission des Lois Jean Jacques Urvoas (PS) a lancé à l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy: « vous donner raison serait aboutir à une irresponsabilité [pénale] totale ». Le député a cependant reçu le soutien du radical de gauche Alain Tourret, avocat de formation, qui est intervenu à la tribune : «  je revendique pour Henri Guaino le droit à l’outrance, le droit à la provocation, le droit à la polémique. «  

 

 

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins