France, News

UMP: Jérôme Lavrilleux règle ses comptes

Publié le 04 juin 2014 à 17:01 - 0 commentaire

LOGO_UMP-1000x500

Jérôme Lavrilleux, l’ancien directeur de cabinet de Jean François Copé s’est confié à l’hebdomadaire Le Point. Interview à paraître demain.

Une semaine après l’éviction de Jean-François Copé, son ancien directeur de cabinet revient sur l’affaire Bygmalion et n’hésite pas à tacler certains dirigeants de l’UMP. Cet entretien intervient près d’une semaine après ses confessions sur la chaîne d’information BFMTV où il avoue que de fausses factures ont été établis à la demande de l’UMP afin de dissimuler les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

Dans le dossier Bygmalion, Jérôme Lavrilleux a déclaré assumer en partie la responsabilité des fausses factures et réaffirme qu’il ne s’est pas enrichi personnellement. »Ils pourront venir retourner chaque latte de mon parquet, je n’ai rien à cacher, rien de rien. » a avancé l’eurodéputé récemment élu.

Critique des ténors de l’UMP

 Quand il s’agit de parler des cadres du parti, Jérôme Lavrilleux n’y va pas avec le dos de la cuillère et profite interview de cette pour régler ses comptes. « Le problème dans ce milieu, c’est qu’il y a des gens morts de l’intérieur : Baroin, Juppé. Copé ne l’est pas. Fillon non plus, lui, il est complexé de l’intérieur, il est dans l’auto­-émasculation tout en ayant besoin de prouver sa virilité. Wauquiez, c’est une raclure. NKM, ce n’est pas une belle personne. Le Maire est très sympa et vivant, alors qu’il a l’air d’un poisson froid. Sarkozy, c’est le plus vivant de tous, mais à quoi ça sert ? »

Alors que certains élus doutaient des propos de Lavrilleux, une chose est sûre, ce témoignage ne manquera pas de faire réagir les membres de ce parti fragilisé par l’affaire Bygmalion.

 

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins