International, News

Nelson Mandela : ses discours sont entrés dans l’Histoire

Publié le 06 décembre 2013 à 13:48 - 0 commentaire

mandela-2

 

L’ancien Président de l’Afrique du Sud est décédé hier à l’âge de 95 ans. De son intervention en 1964 lors du procès de Rivonia jusqu’en 1994 avec son investiture, les prises de parole du père l’Apartheid ont contribué à forger le mythe.

 

Le 20 avril 1964, cela fait 2 ans que Nelson Mandela est en prison pour inciter des gens à se mettre en grève afin de protester contre les politiques de ségrégation raciale. Malheureusement, il sera condamné à la prison à vie

Dans ce discours, il raconte la genèse et les motivations de son engagement politique : « La souffrance des Africains, ce n’est pas seulement qu’ils sont pauvres et que les blancs sont riches, mais bien que les lois qui sont faites par les Blancs tendent à perpétuer cette situation. Par dessus tout, nous voulons des droits politiques égaux, car en leur absence notre handicap sera permanent. Je sais que cela paraît révolutionnaire aux Blancs de ce pays, car la majorité des électeurs seront des Africains. Ce qui fait que les hommes blancs craignent la démocratie. Mais cette peur ne doit pas se placer au travers de la voie de la seule solution qui garantira l’harmonie raciale et la liberté pour tous. Ce n’est pas vrai que le droit de vote pour tous se traduira par une domination raciale. Le clivage politique fondé sur la couleur de la peau est totalement artificiel et quand il disparaîtra, dans un même mouvement la domination d’un groupe de couleur sur un autre sera éliminée ».

 

En 1985, si Nelson Mandela renonce à la lutte armée, il peut être libéré. Mais ce dernier refuse et déclare : « Je chéris ma propre liberté, mais votre liberté à tous est plus importante pour moi ».

 

Le 13 février 1990, après 27 ans en prison, il est libéré : « Je suis ici devant vous non pas comme un prophète mais comme votre humble serviteur. C’est grâce à vos sacrifices inlassables et héroïques que je suis ici aujourd’hui. Je mets donc les dernières années de ma vie entre vos mains. Aujourd’hui, la majorité des Sud-Africains, noirs comme blancs, reconnaissent que l’apartheid n’a aucun avenir. Ce système doit être aboli d’un commun accord afin de reconstruire la paix et la sécurité. La situation qui nous avait poussée à prendre les armes existe toujours aujourd’hui. Nous n’avons pas d’autre choix que de continuer. Notre marche vers la liberté est irréversible. Nous ne pouvons pas laisser la peur l’emporter. Le suffrage universel dans une Afrique du Sud démocratique, unie et non raciale est notre seule voie vers la paix et l’harmonie entre les peuples. Je suis prêt à mourir pour cet idéal ».

 

Le 10 octobre 1993, il reçoit le prix Nobel de la Paix : « Nous sommes ici aujourd’hui pour représenter les millions de personnes qui ont osé se soulever contre un système social dont l’essence profonde était la guerre, la violence, le racisme, l’oppression, la répression, et l’appauvrissement de tout un peuple. Notre récompense ne se mesurera que par la paix joyeuse qui triomphera un jour, car l’humanité qui unit les blancs et les noirs en une seule et même race nous permettra de vivre un jour tels des enfants du paradis. Ainsi vivrons-nous, car nous aurons créé une société qui reconnaît que tous les hommes naissent égaux, et que tous ont le droit à la vie, à la liberté, à la prospérité, aux droits humains et à une bonne gouvernance. Une telle société n’autorisera plus jamais que certains soient faits prisonniers à cause de leurs idées ».

 

L’année d’après, il devient le premier Président noir de l’Afrique du Sud en récoltant 62.2% des voix : « Le temps est venu de panser nos blessures. Le moment est venu de réduire les abîmes qui nous séparent. Le temps de la construction approche. Nous avons enfin accompli notre émancipation politique. Nous nous engageons à libérer tout notre peuple de l’état permanent d’esclavage à la pauvreté, à la privation, à la souffrance, à la discrimination liée au sexe ou à toute autre discrimination. Nous avons réussi à franchir le dernier pas vers la liberté dans des conditions de paix relative. Nous avons triomphé dans notre effort pour insuffler l’espoir dans le cœur de millions de nos concitoyens. Le soleil ne se couchera jamais sur une réussite humaine si glorieuse ».

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins