France, News

Rythmes scolaires : Jean-François Copé appelle les maires à refuser la réforme

Publié le 11 avril 2014 à 16:40 - 1 commentaire

Le Président de l’UMP était l’invité ce matin de BFM TV et il a souhaité, comme d’autres politiques précédemment, que les maires refusent la réforme des rythmes scolaires.

Jean-François Copé appelle à la désobéissance des maires : « Je recommande à tous les maires, qu’ils soient UMP ou qu’ils ne le soient pas, d’avoir le courage de dire au gouvernement: ça suffit le double langage. Cette réforme n’a aucun contenu pédagogique. Ne faisons pas croire aux gens que l’on va améliorer la qualité de lecture et d’écriture des enfants avec des rythmes scolaires qui sont, en réalité, des demandes de garderie payées par les communes ».

Pour la ville de Meaux dont il est le maire, il « ne l’appliquera pas car il n’y trouve rien de positif ».

 

D’autres personnalités ont également refusé d’appliquer dès septembre cette réforme comme c’est le cas d’Hubert Falco, maire UMP de Toulon, qui explique cette décision par le fait que « l’Etat a baissé la dotation de fonctionnement attribuée à sa ville ». Il précise cependant qu’il ne se met pas « hors-la loi puisqu’il s’agit d’un décret ».

En novembre dernier, c’est Christian Estrosi, le député-maire de Nice, qui avait refusé de financer la réforme des rythmes scolaires sous prétexte que « dans son budget, il n’avait pas prévu les crédits pour cette réforme parce qu’il ne veut pas augmenter les impôts locaux des Niçois ».

Trackbacks/Pingbacks

  1. Réforme des rythmes scolaires: elle s’appliquera à la rentrée 2014 - France | Actu politique - 13 mai 2014

    […] étaient prêtes quand je suis devenu ministre » a déclaré Benoît Hamon. Les communes réticentes comme Marseille et Nice ne bénéficieront de dérogation supplémentaire. En cas de non […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins