France, News

Primes de Guéant: Fin de l’enquête par la police

Publié le 11 juin 2014 à 16:26 - 0 commentaire

5746975-primes-la-note-qui-embarrasse-encore-plus-gueant

Selon une  source judiciaire proche du dossier, la police a terminé son enquête sur les primes perçues par Claude Guéant entre 2002  et 2004.

La police cède la place à la justice. Les enquêteurs  de la police judiciaire viennent  d’achever leur investigation concernant l’affaire de primes visant l’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant.

Manuel Valls, encore ministre de l’Intérieur avait saisi la justice, sur la base d’un rapport d’inspection selon lequel quelque 10.000 euros avaient été puisés chaque mois, entre 2002 et 2004, et remis à Claude Guéant, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy. Durant cette période, Claude Guéant aurait réclamé le décaissement de 240 000 à 288 000 EUR sur les fonds d’enquête spéciaux (FES) en principe destinés à défrayer les policiers en mission. Environ une moitié aurait été ventilée à ses collaborateurs sous forme de primes, l’autre venant directement compléter son propre salaire de préfet.

Entendus sous le régime de la garde à vue en décembre 2013, Claude Guéant et Michel Gaudin ont tous deux reconnu l’existence de ces primes.

Le parquet national financier (PNF) doit désormais décider des suites à donner au dossier. Il peut classer sans suite, désigner des juges d’instruction ou citer directement au tribunal les protagonistes du dossier, Michel Gaudin comme auteur principal, Claude Guéant comme récipiendaire, ainsi que trois autres responsables du cabinet de cette époque.

Le détournement de fonds publics, commis par un dépositaire de l’autorité publique, est passible de dix ans de prison et de 1 000 000 € d’amende.

 

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins