France, Gouvernement, News

Les ministres français privés de leurs smartphones

Publié le 11 septembre 2013 à 11:39 - 0 commentaire

Jean-Marc AyraultDans une note datée du 19 août que s’est procurée « L’Express », Jean-Marc Ayrault demande à tous les ministres de ne plus utiliser leurs smartphones pour les communications sensibles, s’ils ne sont pas équipés d’un dispositif de sécurité agréé. Il faut y voir la conséquence des révélations d’Edward Snowden sur le système de surveillance américain Prism. « La survenance ces derniers mois de plusieurs atteintes à la sécurité des systèmes d’information me conduit à rappeler les règles élémentaires qui doivent être appliquées au sein de l’administration », observe ainsi le Premier ministre dans sa lettre.

Toutes les informations sensibles doivent être transmises « par les terminaux équipés de systèmes agréés par l’ANSSI » (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), ajoute-il. Pour les informations classifiées, les ministères doivent utiliser l’intranet sécurisé Isis et pour la téléphonie, l’équipement Teorem. Ces téléphones ont été développés par Thales sous le mandat de Nicolas Sarkozy. La note de Matignon précise enfin que les informations sensibles doivent être de préférence « hébergées sur le territoire national », qu’il faut être particulièrement vigilant lors des déplacements à l’étranger et qu’il ne faut pas communiquer par SMS. Selon « L’Express », près de 2 300 appareils de ce type équipent déjà les ministères régaliens – Défense, Justice, Intérieur, Finances et Affaires étrangères. Un gain de sécurité mais une perte substantielle de temps, selon L’Express qui raconte comment Nicolas Sarkozy « ne supportait pas de l’utiliser », en raison des 30 secondes nécessaires à l’établissement de la communication.

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins