Primaires PS

La lettre ouverte d’Arnaud Montebourg

Publié le 12 octobre 2011 à 08:34 - 0 commentaire

Arnaud Montebourg s’est adressé dans une missive aux deux candidats en lice pour la primaire socialiste, Martine Aubry à François Hollande. Fort de ses 450 000 électeurs les conditions et questions sont posées. Politics Inside vous propose de lire la lettre ouverte du député de Saône-et-Loire qui leur demande de prendre position sur les mesures qu’il a défendues tout au long de sa campagne afin que ses partisans « fassent ce choix important en toute connaissance de cause ».

Arnaud Montebourg interroge Martine Aubry et François Hollande sur la façon dont ils comptent « reprendre le contrôle politique du système financier » et réindustrialiser la France, ainsi que sur leur adhésion à son projet de VIe République.

Dans ce courrier, le chantre de la démondialisation énumère les mesures qu’il souhaiterait voir reprises par la maire de Lille et le député de Corrèze. Un programme « ambitieux mais parfaitement réaliste et réalisable », écrit-il. « Sans lui, j’en suis convaincu, aucune victoire de la gauche face à Nicolas Sarkozy, au printemps prochain, n’est envisageable ».

Imposer les classes moyennes et populaires pour secourir les banques serait « une faute morale et politique », prévient Arnaud Montebourg. Il suggère au contraire « d’utiliser les bénéfices des banques profitables pour renflouer les banques en difficulté ».

Il réclame une « mise sous tutelle publique des banques »: des représentants de l’Etat et des usagers du crédit entreraient dans leur conseil d’administration, avec droit de veto.

Il préconise d’interdire aux banques de spéculer avec l’épargne des Français et de les obliger à fermer leurs filiales dans les paradis fiscaux. L’évasion fiscale doit faire l’objet d’une « procédure pénale sévère », plaide-t-il.

Arnaud Montebourg demande à Martine Aubry et François Hollande de s’engager sur « une taxation européenne et nationale sur les transactions financières ».

« Le ‘juste échange’, contenu dans le projet socialiste, ne saurait suffire », considère par ailleurs le candidat qui s’est placé troisième dimanche dernier. « Ce serait là pécher par naïveté », avertit-il en défendant un « protectionnisme européen, social et écologique ».

« L’arsenal protectionniste » qu’il voudrait voir créé se déclinerait ainsi: les prises de contrôle des entreprises à forte valeur technologique par des capitaux extra-européens seraient soumises à autorisation publique; les entreprises transnationales ayant délocalisé leurs productions pourraient subir des sanctions économiques ciblées; les marques leur appartenant pourraient faire l’objet de « mesures d’expropriation publique en cas de comportements déloyaux aggravés ». Il cite les exemples de Goodyear, Lejaby et L’éléphant.

Enfin, Arnaud Montebourg reproche à François Hollande et Martine Aubry d’avoir, à la tête du PS, « soit renoncé, soit refusé » d’engager le parti dans son projet de VIe République: augmentation des pouvoirs de contrôle du Parlement, fin de l’impunité présidentielle pour les actes sans rapport avec la fonction, instauration du mandat parlementaire unique, entre autres.

Au premier tour de la primaire, François Hollande a obtenu 39% des suffrages, Martine Aubry 30%, Arnaud Montebourg 17%, Ségolène Royal 7%, Manuel Valls 6% et Jean-Michel Baylet 1%. AP

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

L’intervention de François Hollande de mi-mandat
  François Hollande est intervenu jeudi 6 novembre au soir pendant une heure et demie sur TF1 dans l’émission « En direct avec les Français ». Le chef de l’Etat a tenu à clarifier sa politique, et a fait quelques annonces. « A partir de l’année prochaine, il n’y aura pas d’impôts supplémentaires sur qui que ce soit ». […]
Lire la suite
  • Bayrou : « Je suis en désaccord avec la nouvelle carte des régions »
  • L’heure de vérité pour Sarkozy à l’automne
  • Journée de manifestations avant la Conférence sociale
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins