France, News

Valérie Giscard D’Estaing : « Notre système est en panne »

Publié le 13 mai 2014 à 16:08 - 1 commentaire

vge-une-2630771-jpg_2267881

Il est le 20° président de la V° République, il a apporté de nombreuses réformes à la France des années 1970 et aujourd’hui il revient sur ce septennat dans les pages du journal Le Point.

Ce qu’il est important de savoir sur sa politique, il le raconte. Comme son « admiration sans borne » pour celui qu’il considère comme son « père politique » Charles de Gaulle. C’est le libérateur de la France qui lui a tout appris et lui a passé le pied à l’étrier. Et comme son précepteur il voulait faire avancer la France, la placer numéro 1 des puissances du monde et surtout « la préparer au monde qui allait venir ». Et c’est cette expérience qui l’a conduit à rêver du « bon gouvernement », celui qui travaille au bien du pays « sans chercher à tirer des profits personnels » grâce à la justice et aux progrès économiques et sociaux. Mais surtout il croit que ce sont les personnes qui font le « bon gouvernement ». Il pense que très peu de personnes, de toute l’Histoire de la France, ont réussi cet exploit de bien mener la barque. C’est parce qu’il faut avant tout sortir de l’échiquier politique traditionnel. « J’ai toujours été séduit par ce qu’on appelle aujourd’hui la société civile ».

Avec son gouvernement il a avancé

Conscient que la tâche qu’on lui a donnée était complexe il ne prétend pas avoir réussi dans tous les domaines mais économiquement il estime avoir bien diriger le pays compte tenu des deux chocs pétroliers qu’il a enduré. Ce qu’il souhaitait plus que tout c’est faire évoluer les mentalités de son époque. « Nous vivions dans une culture répressive ». Il a donc abaisser l’âge de la majorité, dépénaliser l’avortement avec l’aide de Simone Veil, « supprimer l’ORTF ». Avant d’ajouter « tout cela je l’avais conceptualiser avant mon entrée à l’Elysée ». Sur le plan international il a aidé à bâtir l’Europe d’aujourd’hui avec Helmut Schmidt « nous avons décidé de renforcer l’Europe ». Il regrette cependant que « ceux qui m’ont suivi n’ont pas poursuivi mes efforts ».

Aujourd’hui d’autres regrets, d’autres engagements 

Sur le plan européen il travaille, toujours avec Helmut Schmidt, « sur un libre pour bâtir le scénario de la construction d’une Europe intégrée ». Il pense que le désamour des Français vient de l’incompréhension des enjeux européens. « La France s’est éloignée du projet européen car elle est entrée dans un état d’esprit dépressif ». En France il estime qu’on ne travaille plus assez. Que la génération X est devenue paresseuse, qu’elle ne parle que de vacances et de congés. « Notre système est en panne ». Pour l’ancien chef de l’Etat, la France n’a plus son pouvoir industriel et d’innovation qu’elle avait après la guerre. Il évoque le tunnel sous la Manche et les nombreux ponts construits dans le monde entier par la France. Et à la question de savoir si la France est perdue, Valérie Giscard D’Estaing répond qu’il croit encore en la jeunesse qui « n’accepte plus la médiocrité ».

Trackbacks/Pingbacks

  1. Hollande. Le moins bon président de la V° République - France | Actu politique - 19 mai 2014

    […] un récent sondage BVA les Français ont pu faire une comparaison entre les différents présidents de la V° […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins