L'édito

Quel avenir pour Ségolène Royal?

Publié le 15 juin 2012 à 16:12 - 1 commentaire

 

Si Ségolène Royal gagne dimanche à La Rochelle, elle reviendra plus combative que jamais à Paris… Mais si elle perd, que lui reste-t-il? Le chantier d’une nouvelle décentralisation, explique Christophe Barbier dans son édito.

L’avenir de Ségolène Royal semble plus sombre que rose. Si elle est battue par Olivier Falorni, dimanche soir à La Rochelle, elle subira un nouveau camouflet. Comme un symétrique tragique de la soirée de la primaire socialiste: rappelez-vous les larmes de Ségolène Royal, voyant son destin présidentiel s’évanouir… Dimanche soir, c’est la présidence de l’Assemblée nationale qui pourrait lui échapper.

Si elle gagne dimanche soir, ce sera un exploit, son retour à Paris sera marqué par une rage et une ambition démesurées. Il sera bien difficile de lui refuser le perchoir. Et une Ségolène Royal ressuscitée, survivante, sera plus combative que jamais.

Mais il est plus probable qu’elle perde, d’après les derniers sondages donnant une large victoire au dissident socialiste Olivier Falorni. Comment, alors, Ségolène Royal pourra-t-elle rester dans la course? Elle restera présidente… de Poitou-Charentes. Et il lui reste une carte à jouer: la bataille pour la réforme des collectivités territoriales. Une nouvelle décentralisation doit être inventée. Si elle en était l’architecte, elle pourrait revenir à Paris, pourquoi pas y retrouver un ministère en 2014 ou en 2015. Mais alors sa vie privée, qui a fait irruption sur la scène politique cette semaine sous la forme d’un tweet de Valérie Trierweiler, restera encore un obstacle sur sa route.

Réactions

1 commentaries

  1. It said I have to go to a web site and put in my email address to see if I won. Is this a real email or a virus?.


Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bayrou : « Je suis en désaccord avec la nouvelle carte des régions »
  Invité de France Info ce matin, le président de MODEM a estimé que cette nouvelle carte des régions était « totalement absurde. » «Je suis absolument en désaccord et je trouve que tout cela est absurde. On a l’impression que la loi de l’absurde est celle qui préside à la définition de cette carte des régions. […]
Lire la suite
  • L’heure de vérité pour Sarkozy à l’automne
  • Journée de manifestations avant la Conférence sociale
  • Elisabeth Guigou s’en prend aux contrats de génération, à la taxe à 75% décidées par Hollande
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins