L'édito

Quel avenir pour Ségolène Royal?

Publié le 15 juin 2012 à 16:12 - 1 commentaire

 

Si Ségolène Royal gagne dimanche à La Rochelle, elle reviendra plus combative que jamais à Paris… Mais si elle perd, que lui reste-t-il? Le chantier d’une nouvelle décentralisation, explique Christophe Barbier dans son édito.

L’avenir de Ségolène Royal semble plus sombre que rose. Si elle est battue par Olivier Falorni, dimanche soir à La Rochelle, elle subira un nouveau camouflet. Comme un symétrique tragique de la soirée de la primaire socialiste: rappelez-vous les larmes de Ségolène Royal, voyant son destin présidentiel s’évanouir… Dimanche soir, c’est la présidence de l’Assemblée nationale qui pourrait lui échapper.

Si elle gagne dimanche soir, ce sera un exploit, son retour à Paris sera marqué par une rage et une ambition démesurées. Il sera bien difficile de lui refuser le perchoir. Et une Ségolène Royal ressuscitée, survivante, sera plus combative que jamais.

Mais il est plus probable qu’elle perde, d’après les derniers sondages donnant une large victoire au dissident socialiste Olivier Falorni. Comment, alors, Ségolène Royal pourra-t-elle rester dans la course? Elle restera présidente… de Poitou-Charentes. Et il lui reste une carte à jouer: la bataille pour la réforme des collectivités territoriales. Une nouvelle décentralisation doit être inventée. Si elle en était l’architecte, elle pourrait revenir à Paris, pourquoi pas y retrouver un ministère en 2014 ou en 2015. Mais alors sa vie privée, qui a fait irruption sur la scène politique cette semaine sous la forme d’un tweet de Valérie Trierweiler, restera encore un obstacle sur sa route.

Réactions

1 commentaries

  1. It said I have to go to a web site and put in my email address to see if I won. Is this a real email or a virus?.


Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins