France, News

Sapin : « La France pourra réduire un peu moins rapidement ses déficits, même si le pays tiendra ses engagements. »

Publié le 17 avril 2014 à 14:31 - 0 commentaire

Interrogé sur RTL ce matin, le nouveau Ministre des Finances et des Comptes publics a annoncé qu’il a « obtenu de ses partenaires européens un rythme un peu moins rapide pour diminuer les déficits français ».

« Le rythme a été discuté avec nos partenaires européens pour qu’il soit bien compris. Donc nous avons un rythme un peu moins rapide de diminution des déficits que ce qui était prévu mais évidemment nous respectons tous nos engagements » a déclaré Michel Sapin ce matin.

 

Néanmoins, pour atteindre cet objectif de 3% en 2015, Michel Sapin a demandé des contreparties. En effet, il a expliqué que « la première des contreparties c’est ce que Monsieur Mario Draghi (le président de la Banque centrale européenne, ndlr) a annoncé ce week-end: faire baisser l’euro. Parce qu’un euro trop fort c’est un euro qui est mauvais pour la croissance, nos entreprises et nos emplois. Mario Draghi l’a prit en compte, l’a annoncé, il est en train de le faire en toute indépendance ».

 

Par ailleurs, Michel Sapin a rappelé que l’objectif du plan de 50 milliards d’euros proposé par Manuel Valls était de « ne plus faire porter aux Français le poids de la dette. Ce chiffre ne tombe pas du ciel, il a été annoncé depuis plusieurs mois. C’est l’enjeu du financement du pacte de responsabilité ».

 

Le 23 avril prochain, la France doit dévoiler lors du Conseil des Ministres une nouvelle trajectoire de ses finances publiques à l’horizon 2017.

Rappelons qu’à l’automne 2013, la dernière trajectoire anticipait un déficit public à 3,6% du PIB en 2014, puis 2,8% en 2015, 1,7% en 2016 et 1,2% en 2017.

 

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins