International, News

Les raisons de l’implication des Etats-Unis en Irak

Publié le 17 juin 2014 à 10:39 - 1 commentaire

Capture d’écran 2014-06-17 à 10.24.27

Depuis la première intervention américaine en Irak, les raisons invoquées ont bien changé. Et pourtant, elles ne sont pas si différentes. 

Au début des années 2000, Saddam Hussein était présenté comme le nouveau dictateur à abattre à tout prix. Il représentait la nouvelle menace du millénaire : le terrorisme. Son but était, apparemment, de tout mettre en oeuvre pour détruire les Etats-Unis à l’aide d’armes massives. On sait maintenant que ce n’était pas tout à fait vrai. Cependant, le Huffington Post a relevé que le mot « weapons« , qui signifie arme en anglais, a été utilisé 1107 fois dans les registres du Congrès. Aujourd’hui, alors que Bagdad est menacé par l’invasion de l’EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant), les Etats-Unis ont trouvé leur nouveau crédo pour justifier leur implication dans le conflit. En quelques jours, le mot « freedom« , qui signifie liberté en anglais, a été reporté 118 fois dans les registres du Congrès. En effet, la raison pour laquelle les américains ont engagé leurs forces armées en Irak c’est la libération de la population. Les 4500 soldats dépêchés sur place croient donc, sans doute, sauver des populations irakiennes du joug de l’islamisme extrémiste. Pourtant, la priorité du gouvernement est le rapatriement sécurisé des diplomates américains sur le terrain.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Bernard Cazeneuve présente un projet de loi pour renforcer le plan anti-jihad - France | Actu politique - 28 juin 2014

    […] Le ministre de l’Intérieur a annoncé, hier, qu’il présenterait prochainement un projet de loi pour renforcer les mesures anti-jihad.  […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins