Election municipale 2014, France, News

-Exclusif- Pierre Yves Bournazel : « Nul n’est propriétaire de la mairie du 18ème »

Publié le 18 mars 2014 à 10:17 - 1 commentaire

1400513_678897635467381_258868566_o
Le premier tous des élections municipales se déroulera le 23 et 30 Mars prochains. A cette occasion,politicsinside.fr a rencontré Pierre-Yves Bournazel. Le porte-parole de NKM  est candidat à la mairie du 18e arrondissement.

Dans le 18ème arrondissement, vous êtes face à Eric Lejoindre, peu connu du grand public. Est-ce que vous pensez que cela peut le gêner dans la prise de la mairie?
Je respecte mes concurrents. Simplement, nous n’avons pas le même profil. Le parti socialiste a investi un héritier. La mairie du 18e est dirigée depuis 19 ans par les mêmes équipes. Monsieur Vaillant voulait se représenter, Madame Hidalgo ne le souhaitait pas. Cela a fait l’objet d’une guerre interne au parti socialiste. Monsieur Vaillant a imposé son premier adjoint que l’on ne connait pas. Il compte sur son étiquette politique.
Depuis 6 ans, je suis allé quotidiennement à la rencontre des habitants. J’ai tenu une permanence hebdomadaire à la mairie où j’ai reçu à la mairie les habitants sans rendez-vous. Le 18e est l’un des arrondissements les plus riches en terme de diversité de population, et chaque jour je rencontre des habitants qui me disent vouloir l’alternance. Si je suis élu Maire, je garderais ce que l’équipe sortante a fait de bien mais je changerais ce qui ne fonctionne pas.


Selon vous, qu’est-ce qu’un maire audacieux?Un maire audacieux est quelqu’un qui a le courage de défendre les intérêts des habitants, sans sectarisme. Un maire audacieux doit avoir une vision pour sa ville, et porter des projets ambitieux qu’il défend au nom des habitants autant auprès du secteur public que des acteurs privés. C’est quelqu’un qui pense intérêt général avant tout. Mon objectif est d’être un maire pragmatique au service les habitants du 18e, c’est mon moteur.

A seulement 36 ans, vous avez été candidat à la primaire de la droite parisienne contre NKM,  puis vous  êtes devenu son porte parole… C’est donc cela aussi la politique moderne?
Oui! Une primaire c’est moderne. On n’impose pas d’en haut le candidat. Ce sont les parisiens qui devaient choisir. J’avais un projet solide, financé, audacieux, mes concurrents l’ont remarqué. J’ai proposé une police municipale, une nouvelle gestion de la propreté des rues, des projets pour l’attractivité économique, un pass culture pour tous les parisiens, une nouvelle politique du logement, ou encore les transports 24 h sur 24.

Pourquoi voulez-vous créer une police municipale, n’est-ce pas des coûts supplémentaires?
Nous voulons créer une police de quartier. Cela n’engagera pas de coût supplémentaire, nous organiserons un redéploiement d’effectifs. La police de quartier sera présente 24h sur 24 dans nos rues, notamment à pied et à vélo, pour lutter contre les incivilités et la petite délinquance. C’est un outil essentiel qui permettra à la police nationale de mieux se mobiliser pour réprimer le proxénétisme, les trafics, le banditisme, le délinquance en tous genres.  Je suis aussi favorable à la mise en place de travaux d’intérêt général afin de lutter contre les incivilités.

 

Pourquoi doit-on voter pour vous pour diriger la mairie du 18e?Je suis un homme de terrain et je connais mes dossiers. J’habite le 18e, je connais tous les quartiers. J’ai une équipe rassemblée autour de moi, d’hommes et femmes venus d’horizons différents. J’ai mené une opposition intelligente, ferme mais pas fermée. Il m’est arrivé de voter des projets que la gauche proposait, dans l’intérêt général. Cela fait 20 ans que les sortants sont aux commandes, que feront-ils en 6 ans de plus qu’ils n’ont fait en 20 ans? Nous avons besoin d’une nouvelle énergie. J’ai un projet concret et financé. Parmi mes priorités : le logement, je propose une répartition plus juste. Il faut mettre en place plus d’accessibilité dans les transports, créer de nouvelles gardes d’enfants, organiser une santé de proximité, élargir les horaires des bibliothèques et des centres sportifs, favoriser le lien entre les générations, soutenir les commerces de proximité, faire venir les entreprises dans le 18e… Vous pouvez retrouver l’intégralité de mon projet sur mon site bournazel2014.Concernant la mairie de Paris, selon vous, quel héritage laissera Bertrand Delanoë?
Bertrand Delanoë est un homme compétent et honnête, mais je ne partage pas ses idées et sa vision de la ville. Il n’a pas saisi l’opportunité du Grand Paris. La ville s’est endormie, son attractivité économique et son dynamisme culturel sont moindres. Les dépenses publiques ont flambé et pèsent très lourd dans le budget des parisiens. J’ai voté certains de ses projets comme le tramway ou le Vélib dans l’intérêt général. Il n’a pas été un mauvais maire mais il n’a pas non plus été un grand maire.
Interview réalisée par Saad Merzak

Trackbacks/Pingbacks

  1. Nul n’est propriétaire de la mairie du 18ème | Pierre-Yves Bournazel - 18 mars 2014

    […] Retrouvez mon interview en cliquant : ici […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins