France, News

Le « tireur fou » a déjà été condamné dans l’affaire Rey-Maupin en 1998

Publié le 21 novembre 2013 à 11:44 - 0 commentaire

sans_titre_759

 

Abdelhakim Dekhar, interpellé hier soir, après plusieurs jours de course-poursuite, n’est pas inconnu des services de polices puisqu’il a déjà été condamné.

Son ADN correspond aux échantillons prélevés au journal « Libération » et à la « Société Générale ». De plus, il avait été condamné à 4 ans de prison en 1998 pour association de malfaiteurs dans le cadre de l’affaire Rey-Maupin. Il s’agissait d’une fusillade qui avait été menée par un jeune couple en plein cœur de Paris et qui avait coûté la vie à 5 personnes dont 3 policiers. Dans cette affaire, il était considéré comme le « troisième homme », c’est-à-dire qu’il avait acheté, avec son nom et sa pièce d’identité, le fusil à pompe qui avait servi à Florence Rey et Audry Maupin pour attaquer la pré-fourrière de Pantin.

 

Mais Abdelhakim Dekhar est également décrit comme une personne « étrange » et « énigmatique » selon ses anciens avocats : « Je n’ai jamais très bien su qui il était. Il disait qu’il était agent des services français ou algériens, il était très secret, ne se révélait pas. Il disait qu’il était piloté par son oncle, responsable des services secrets algériens. Il prétendait avoir reçu pour mission d’infiltrer l’ultra gauche qui aurait eu des accointances avec les islamistes et le GIA algérien ».

L’une de ses anciennes avocates déclare également : « Après le procès, j’ai eu des nouvelles de lui par un journaliste qui m’a dit qu’il était en Angleterre et qu’il jouait à l’agent double en donnant des rendez-vous mais en n’y allant pas ».

Une journaliste de « Libération » évoque une personne « complètement déjanté et à moitié mytho ».

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins