France, News

Nicolas Sarkozy fait son mea culpa dans un livre

Publié le 22 janvier 2016 à 11:07 - 0 commentaire

nicolas-sarkozy

 

Nicolas Sarkozy fait son mea culpa.

Sur son bilan l’ancien chef de l’Etat regrette de ne pas être allé plus loin sur la baisse des charges, les 35 heures et préconise un « contre choc fiscal » dès 2017. « Ironie de l’histoire : on n’est jamais meilleur qu’au moment de quitter le pouvoir ». Nicolas Sarkozy se dit serein. Il affirme que ce livre n’est pas une candidature à la présidentielle mais pourtant que cela y ressemble fort.

« Aujourd’hui, je regrette d’avoir retardé des réformes qui auraient dû être engagées dès les premiers jours de mon quinquennat« , affirme-t-il, à propos notamment de « la baisse des charges« , qui aurait dû être « plus immédiate et plus forte« .

« J’aurais également dû aller au bout de deux sujets plutôt que de les contourner: les 35 heures et l’ISF« . Autres « erreurs« : l’exonération fiscale des heures supplémentaires et le bouclier fiscal, qui, « pour habile qu’il fut d’un point de vue technique, (l)’a exposé à un coût politique« . Ca a été « un raté de communication grave« .

Il confie n’avoir pas mesuré « la portée symbolique » du Fouquet’s. Le séjour sur le yacht de Bolloré quelques jours après son élection : « une erreur de jugement incontestable. Je me demande encore comment j’ai pu commettre un tel impair ». Le « casse-toi pauv’con » du salon de l’agriculture en 2008 : «une bêtise que je regrette encore aujourd’hui. J’ai abaissé la fonction présidentielle. Avoir du caractère n’autorise pas tout. »

« Ni amertume, ni détestation » à l’égard de son successeur.  « Qui pourra décemment prétendre que la sécurité des Français est entre de bonnes mains? »

« Il sait dissimuler, masquer, parfois même travestir la vérité (…).Il n’aime ni décider, ni trancher. Son monde est celui de l’ambiguïté sympathique.». Retour aussi sur la passation de pouvoir du 15 mai 2012 où François Hollande n’attendit pas qu’il monte dans voiture pour tourner les talons. Nicolas Sarkozy commente. « Son comportement avec Carla (…) fut d’une froideur à la limite de la mauvaise éducation. L’homme amical et chaleureux en privé laissa place à un Président distant, glacial et mal à l’aise. »

« Si François Fillon avait alors été si malheureux, pourquoi aurait-il accepté de si bon gré que je le renomme à trois reprises ? Et surtout pourquoi aurait-il tant fait pour que je le maintienne à son poste ? ».  Il concède néanmoins que si c’était à refaire, il choisirait « le même Premier ministre », estimant qu’il a rempli son rôle « avec sérieux et responsabilité ». Avec Alain Juppé  il évoque des « relations cordiales » et promet que la droite ne revivra pas les « cauchemars que furent les affrontements Giscard-Chirac ou Chirac-Balladur ».

Sur ce sujet l’ancien Président a changé d’avis et le concède: « je l’assume, j’ai évolué ». Pour lui il n’est « pas question de démarier les mariés ou de revenir en arrière sur le principe du mariage homosexuel. J’avais pensé que les ambiguïtés de la loi Taubira imposeraient une nouvelle rédaction. A la réflexion, je crains que compte tenu de l’état de tension et de division de la société française (…) le remède soit pire que le mal. Je ne souhaite donc pas qu’on légifère à nouveau ».  

« Ce livre n’est pas une déclaration de candidature à la prochaine élection présidentielle. Il est trop tôt » mais « tout dire avant le grand rendez-vous de 2017 pour tout faire après, telle est bien, me semble-t-il, la seule stratégie possible pour être à la hauteur des défis qui attendent la France« , explique M. Sarkozy.

 


« La France pour la vie », le mea culpa de… par ITELE

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins