International, News

Ukraine : 5 morts et 300 blessés. Une session extraordinaire du Parlement aura lieu mardi

Publié le 23 janvier 2014 à 19:47 - 0 commentaire

Dans l’après-midi, le président Viktor Ianoukovitch a demandé une session extraordinaire du Parlement, où doit être discutée la démission du gouvernement. Un communiqué a précisé un peu plus tard que la session extraordinaire du Parlement se déroulera mardi à 10 heures.

 

Quelques heures auparavant, 5 personnes ont été tuées, dont 4 par balles.

L’opposant ukrainien Vitali Klitschko a appelé policiers et manifestants à une trêve jusqu’à 18h en attendant le résultat de négociations prévues avec le pouvoir. Pendant ce temps-là, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch, qui n’envisageait pas de décréter l’état d’urgence dans son pays, a rencontré trois dirigeants de l’opposition pour tenter d’obtenir une sortie de crise. Malheureusement, la réunion n’a pas abouti. Les 3 opposants sont revenus sur la place et ont menacé de « passer à l’offensive si Ianoukovitch ne fait pas de concessions ».

 

Dans l’ouest du pays, près de 2 000 manifestants ont encerclé les bureaux de l’administration locale. Certains d’entre eux se sont même introduits à l’intérieur du bâtiment afin de demander à rencontrer le gouverneur Oleg Salo.

 

Du côté de l’Union Européenne, on se dit « choqué par l’extrême violence en Ukraine ». Quant aux Etats-Unis, ils ont annoncé de premières sanctions en révoquant les visas de responsables ukrainiens impliqués dans les violences.

François Hollande a appeler les autorités ukrainiennes à retrouver sans délai la voie du dialogue et de l’apaisement : « Un grand pays comme l’Ukraine, qui aspire à prendre toute sa place sur la scène européenne et internationale, se doit de mettre fin à de telles actions ».

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins