EELV, Europe, France, News

Cohn Bendit a fait ses adieux à l’Europe

Publié le 23 mai 2014 à 09:53 - 0 commentaire

Hier soir Europe-Ecologie-Les-Verts organisait le pot de départ le plus spectaculaire en l’honneur de Daniel Con Bendit.

En avril dernier il prenait la parole devant le Parlement européen pour annoncer qu’il ne reviendrait pas. Un discours émouvant qui lui avait valu une standing ovation de tout l’auditoire, brisant ainsi les clivages politiques.

Un homme d’union

Parce que c’est la force du leader des Verts en France et en Europe : l’union. Hier, son parti le faisait comparaître devant un tribunal collégial pour « abandon de famille et non-assistance à Europe en danger ». Daniel Cohn Bendit voyait alors défiler à la barre des personnalités qui, toutes, reconnaissaient les grands travaux entrepris par les écologistes sous l’égide de celui qu’ils appellent « Danny ».

Un réquisitoire sur l’Europe

Pendant près de deux heures toutes les figures importantes d’EELV se sont présentées devant le maître de cérémonie et lui ont présenté les avancées faites en matière de politique, d’environnement, d’économie, au Parlement européen. Ainsi Sandrine Belier rappelle le combat des Verts contre l’ouverture d’un aéroport à Notre-Dame Des Landes soulignant que « seul on avance plus vite, mais ensemble on va plus loin ». De belles phrases il y en eu d’autres. Notamment Karima Delli qui disait que « les écologistes avaient un pied dans les institutions et l’autre dans le mouvement social ». Car oui, ce qui a été dit et répété au cours de la soirée c’est que seuls les écologistes sont présents au parlement, et seuls eux défendent les citoyens plutôt que les lobbys et les intérêts nationaux. Pour Cécile Dufflot, il est clair que « nos libertés sont en danger ». Menacées par la Chine ou la NSA, et non protégées par Bruxelles ce qui rend une lecture concise « le coupable de tout est à Bruxelles ». L’ancienne ministre du Logement a par ailleurs regretté « le retour des nationalismes ».

La parole est à l’accusé

Tout au long des déclarations d’amour de ses collègues, Cohn Bendit est resté calme, enjoué mais calme. Et quand son tour arriva de déclamer combien il aimait l’Europe, tout le monde s’est senti revigoré après une très longue soirée par le force des convictions de la star de Mai 68. Et celui qu’Emmanuelle Cosse estimait « paranoïaque, il voit des tyrans partout » un peu plus tôt, s’est révélé plus visionnaire que cela. Il a exprimé son profond désir de « dire aux Français qu’ils ont le choix entre les mirages et la construction européenne ». Et de donner quelques derniers conseils à ceux qui continuent le combat. « La paix c’est un vieux truc mais ça marche » c’est pourquoi il estime que c’est avec « réalisme, humanisme et solidarité » que l’on peut construire l’Europe. Enfin, parce que la soirée a été détendue pour tous et que les blagues devaient être mises à l’honneur il a déclaré « si j’étais à votre place, je serait triste aussi de me voir partir ». Un brin mégalomane, mais c’est Cécile Dufflot qui a coupé le souffle de tous en chantant l’ode à la joie à la fin de son discours. Un chant européen repris en allemand par tous dans la salle.

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins