International, News

L’Argentine ne veut pas rembourser ses créanciers

Publié le 24 juin 2014 à 11:36 - 1 commentaire

1265827

Depuis la faillite de l’Argentine en 2001, le gouvernement a du mal à rembourser ses dettes qui s’élèvent à 15 milliards de dollars. 

Buenos Aires avertit les Etats-Unis. Le pays n’est pas en mesure de payer ses dettes aux « fonds vautour » qui lui réclament 1,3 milliards de dollars. En appel auprès de la Cour d’Appel des Etats-Unis, l‘Argentine a pourtant été condamnée à rembourser la totalité de ses créances. Depuis 2001, le pays tente, tant bien que mal, de rembourser progressivement 93% de sa dette à des créanciers privés. Mais les 7% restants appartiennent à des fonds spéculatifs qui réclament leur argent à hauteur de 100% – les créanciers privés ont accepté 70%. Malheureusement, ces fonds privés transitent pas New York, d’où l’impossibilité, selon l’Argentine, de s’acquitter des deux remboursements en même temps. Or, si la justice américaine contraint l’Argentine à payer les 1,4 milliards qu’elle doit à la prochaine échéance aux créanciers privés, les fonds spéculatifs pourraient réclamer le même traitement. Dans ce cas, ce sont 15 milliards que devraient débourser Buenos Aires. Cependant, la banque centrale de Buenos Aires ne possède que 28 milliards de dollars de réserve. Les deux partis sont donc encore en négociation pour trouver une alternative à cette impasse. A défaut, l’Argentine serait en défaut de paiement.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un sondage révèle les plus grosses peurs des grosses fortunes - Economie | Actu politique - 25 juin 2014

    […] cabinet d’avocat britannique Withersworldwide a voulu savoir quelle étaient les plus grandes frayeurs des grosses […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins