International

Confusions et menaces au Kenya

Publié le 24 septembre 2013 à 18:22 - 0 commentaire

Somali men parade as members of al Shabaab in the capital Mogadishu

Les autorités kenyanes affirment que tous les otages ont été délivré par l’intervention des forces spéciales mais les shebab somaliens affirment en détenir encore beaucoup d’autres et des vivants. Un incendie s’est par ailleurs déclaré dans le fameux centre commercial Westgate de Nairobi et une partie du toit s’est effondrée.

 

Le commando, composé de 10 à 15 personnes, serait formé de militants venus « du monde entier » selon le gouvernement kenyan. Trois d’entre eux seraient décédés.

Un porte-parole des insurgés islamistes somaliens shebab a menacé le Kenya de nouvelles attaques s’il ne retire pas ses troupes de Somalie où elles combattent les rebelles depuis 2011, selon un enregistrement sonore posté mardi sur internet.

« Nous lançons un avertissement au gouvernement kényan et à tous ceux qui le soutiennent: s’ils veulent la paix, qu’ils quittent notre territoire (…). Sinon sachez qu’il ne s’agira que d’un avant-goût de ce que nous allons faire » à l’avenir, déclare le porte-parole des shebab, Sheikh Ali Mohamud Rage, en référence à la sanglante attaque, revendiquée par son mouvement, contre le centre commercial Westgate de Nairobi.

 

Le siège par la police du centre commercial Westgate de Nairobi s’est pourtant officiellement terminé lundi soir vers 23h30, près de 60 heures après le début de l’assaut mené par des djihadistes. Le gouvernement kényan a affirmé que tous les otages, retenus depuis samedi par un commando se réclamant des Shebabs somaliens, avaient été libérés. Nairobi annonce avoir tué trois terroristes et a interpellé des suspects.

 

En bref, le feuilleton du Westgate n’est pas près de se terminer.

 

 

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins