France, Livre politique, UMP

Pécresse fait le bilan de Sarkozy

Publié le 24 septembre 2013 à 19:17 - 0 commentaire

French Research Minister Pecresse addresses the summer meeting of the ruling UMP political party in Seignosse Depuis plusieurs jours, Valérie Pécresse fait la tournée des médias pour la promotion de son ouvrage « Voulez-vous vraiment sortir de la crise ? », publié chez Albin Michel, oscillant entre bilan personnel et bilan du quinquennat.

 

Dans  Libération ce 24 septembre, l’ancienne ministre poursuit son « analyse critique » du mandat Sarkozy.Elle égratigne au passage les ministres « de gauche » que Nicolas Sarkozy avait fait rentrer au gouvernement dans un soucis d’ouverture.

C’était pourtant l’une des premières décisions de Nicolas Sarkozy à son arrivée au pouvoir : inclure dans son gouvernement des hommes et femmes politiques, ou des membres de la société civile, connus pour leur engagement à gauche. Il y a eu Eric Besson, Bernard Kouchner, Jean-Pierre Jouyet, Fadela Amara ou encore Martin Hirsch, l’ancien patron d’Emmaüs. Pour Valérie Pécresse trop, c’est trop et à vouloir récompenser des hommes ou femmes de gauche, on fait surtout des frustrés dans son camp.

L’ancien président a notamment confié à Amara ou Hirsch, respectivement secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville et haut commissaire aux solidarités actives, des réformes sociales importantes. Mauvaise idée selon Valérie Pécresse, pour qui cette façon de confier les sujets sociaux à des gens de gauche a donné l’impression que la droite n’était pas à l’aise sur ce terrain, voire incapable.

 

« Nous avons confié à Martin Hirsch et à Fadela Amara des domaines où nous avons investi énormément d’argent, et à la fin nous nous sommes retrouvés avec l’image du « président des riches

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins