News

SCANDALE A L’HÔPITAL ! Des morts suspectes, le circuit des médicaments non respecté…

Publié le 25 juin 2013 à 13:42 - 26 Commentaires

Spécialiste en pharmacovigilance, le docteur Amine Umlil*, est sanctionné par l’hôpital de Cholet, pour avoir refusé de falsifier des documents**, pour avoir dénoncé les dangers de médicaments et leur mode d’administration. Depuis, le Dr Umlil subie des pressions à répétition : convocations à des expertises psychiatriques, diminution de son salaire, menaces de plaintes pour diffamation.  Le remède de la justice et des politiques ? la sourde oreille. Une affaire qui risque de faire grand bruit…

 

Par Bachir BOULEGRIBLET

 

Une patiente est morte cette semaine des suites d’une césarienne à la maternité de Cholet… J’ai appris ce décès par la presse. C’est déjà un exploit, que ce fait ait été porté à la connaissance de la presse. Celle-ci nous apprenait aussi que les proches de la victime ont été reçus par le directeur de l’hôpital. En tant que responsable de la pharmacovigilance, je n’ai eu aucune information à ce sujet. D’ailleurs, depuis de nombreuses années, la direction refuse de me transmettre les fiches d’incidents adressées par les différents services de soins. Il semblerait qu’une enquête ait été ouverte suite à ce décès, enquête étonnamment non menée par des corps d’inspections indépendants…

Article tiré du Courrier de l’Ouest

En quoi votre propre affaire est-elle politique ? En avril 2007, j’alerte le procureur général sur les dysfonctionnements graves au centre hospitalier de Cholet, afin d’éviter que la vie des patients ne soit mise en jeu. Un an plus tard, le procureur de la République classe la plainte sans suite… Sauf que la qualification choisie par le parquet « atteinte à la vie privée, violation de domicile » est sans rapport avec l’affaire soulevée au départ ! Encore moins avec l’enquête du service régional de la police judiciaire et le rapport de l’inspection régionale.

Pourquoi ne pas alerter plus « haut » ? En 2008, j’ai prévenu Roselyne Bachelot alors Ministre de la Santé, Rachida Dati Garde des Sceaux sans oublier Nicolas Sarkozy sur le danger auxquels sont exposés certains patients. En 2012, j’ai averti Marisol Touraine, Christine Taubira et François Hollande.

Une réaction de l’hôpital de Cholet ? Gilles Bourdouleix, député, maire de Cholet, président du conseil de surveillance de l’hôpital, me cible pendant un conseil de surveillance  » (…) De nombreux postes de pharmacien existent en France, il est toujours envisageable pour un professionnel en désaccord avec son établissement d’accueil, d’étudier les possibilités d’affectation dans une autre structure…« . Le directeur de l’hôpital fait aussi partie de mes détracteurs. Avant son départ en 2012, je l’ai interpellé par voie de presse alors qu’il minimisait la gravité des faits. Dans leur rapport, les experts de la haute autorité de Santé affirment que l’enquête à l’hôpital de Cholet « rencontre des freins de certains professionnels dans sa mise en œuvre. » Autrement dit, ces « professionnels » mettent des bâtons dans les roues à cette sécurisation. Allez savoir pourquoi …  Pourrait-on accepter de tels comportements dans une centrale nucléaire ou un aéroport ?

Que tentiez-vous de faire en refusant « d’exécuter les ordres » ? De me soumettre à des ordres manifestement illégaux et de nature à compromettre gravement l’intérêt public, la santé des patients. Les règles de ma profession, les directives des pouvoirs publics, la loi, nous ordonnent de corriger les dysfonctionnements évitables, liées notamment aux défauts d’organisation, qui ne peuvent qu’engager la sécurité et la vie des patients.

On imagine plutôt un pharmacien comme étant l’exécutant d’un médecin… A tort ! Car le pharmacien, souvent présenté comme « un épicier », n’exécute pas à l’aveugle et sans vérifications préalables. Il a son mot à dire de par sa spécialité et ses connaissances pointues dans le domaine du médicament. Le rôle premier d’un pharmacien est d’analyser les ordonnances rédigées par un médecin ! Relever les éventuelles erreurs, les doses toxiques, les incompatibilités entre médicaments, etc.

Le patient peut tout de même accorder sa confiance au médecin… Vous aussi ! Devrais-je, par exemple, accepter

En principe, le médecin de l’hôpital prescrit le traitement du patient, le pharmacien vérifie et conseille, l’infirmière administre. Ici le circuit n’est pas respecté. Le malade encourt de graves dangers.

d’exécuter un « ordre » qui me pousse à valider des supports appelés à tort « des ordonnances » dont certaines sont signées « à blanc ». Le médecin signe un bloc d’ordonnances à vide, l’infirmier les remplit selon les besoins. Or, c’est sur la base de ces documents que la pharmacie de l’hôpital délivre les médicaments. Le règlement stipule que seul le médecin doit ou est habilité à signer l’ordonnance.

Que vous reprochent le chef de service et la direction ? En somme, on me reproche par écrit de respecter les lois de la République qui s’appliquent à ma profession dans un hôpital public !

La direction s’expose à de gros risques … Surtout les patients ! La direction voulait aussi me forcer à falsifier les résultats d’un état des lieux sur le circuit du médicament avant sa transmission aux autorités extérieures.

Et du côté de vos avocats ? Le premier cabinet qui assurait ma défense a soudain accueilli, sans mon accord, l’hôpital comme client ! Un conflit d’intérêt intentionnel… Mon deuxième avocat m’expliquait que mon dossier était devenu politique, ajoutant que si je me suicidais dans mon bureau, mon dossier sera traité plus sérieusement !

Le Dr Umlil a été sollicité par le journal LE MONDE sur le dossier des anticoagulants. Pas si « maboule », le doc’ !

Peut-on craindre un nouveau « Médiator » ? Avant de répondre, je dois préciser, comme la loi m’oblige, que je n’ai aucun conflit d’intérêt. Pour information, le volume d’heures consacré à la formation de base des médecins en pharmacologie est du même ordre que celui réservé aux pharmaciens pour leur formation en clinique. Or, et sauf erreur de ma part, seuls des médecins se sont exprimés sur l’affaire du MEDIATOR. Il y a plus grave que le MEDIATOR : les dysfonctionnements du circuit du médicament génèrent encore plus de victimes, chaque année. Le ministère de la santé avançait un chiffre entre 12 000 et 24 000 morts par an, chiffre connu depuis 2005.

Pourquoi ne pas intervenir aux côtés de Mme Irène Frachon ?  Madame Irène FRACHON connaît mon existence et mon combat. Je suis prêt à apporter mes connaissances pour la manifestation de la vérité, pour éviter de nouvelles victimes avec d’autres médicaments ou laboratoires. Il y a lieu de ne pas se focaliser uniquement sur le produit et le fabriquant. A la base, le médecin, le pharmacien les préparateurs en pharmacie et les infirmiers doivent constituer un « bouclier » protégeant le patient. Ce sont eux qui mettent le patient  au contact direct avec  le médicament !  Dans un crime, accuse-t-on uniquement le « couteau » qui a servi et le fournisseur qu’il l’a commercialisé ?

Ce qui signifie que les médecins étaient au courant ? A l’heure où l’on est en train de juger l’affaire du MEDIATOR, les nouveaux anticoagulants, par exemple, sont prescrits de façon inadéquate malgré les recommandations officielles. D’ailleurs, en avril dernier, LE POINT a publié un article à ce sujet dans la rubrique « Le Médicament dangereux du mois ». Et vous trouverez mon analyse sur mon blog **** et enfin mon deuxième livre « Médicament : recadrage ! Sans ton pharmacien t’es mort« , sortie prévue en septembre 2013, rectifie de nombreuses fausses affirmations diffusées au grand public.

 

 

*Auteur de Le Spectre de L’Isotèle paru le 20 mai 2013, Editions Les 2 encres

** http://www.marianne.net/A-Cholet-le-cauchemar-d-un-pharmacien-hospitalier_a204991.html

*** http://www.courrierdelouest.fr/actualite/cholet-un-pharmacien-de-l-hopital-exerce-son-droit-de-retrait-12-02-2013-101575

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Hopital-il-invoque-le-droit-de-retrait-_49099-avd-20130213-64567114_actuLocale.Htm

**** http://analysecitoyenneindependante.blogspot.fr/

Réactions

26 commentaires

  1. Karine Vauchand dit :

    J’aimerais pas être soignée là-dedans ? J’ai eu trois césariennes et suis toujours en vie.

  2. Gerard Tellier dit :

    L’exemple du décès après la césarienne, c’est l’arbre qui cache la forêt. Des erreurs de dosages dans les médicaments, si même dans les hôpitaux, on est plus en sécurité !

  3. Zizou dit :

    Franchement, il est pas futé çui-ci ! Y a un problème de médocs et il va prévenir Roselyne Bachelot la pourvoyeuse de vaccins asassins. Pourquoi pas prévenir marc Dutroux qu’une crèche va s’ouvrir à côté de chez lui ?! Lol

  4. Six Feet Under dit :

    J’ai jms rien compris ds ce type de négociations avec un mort à l’hôpital. La famille palpe combien et surtout pourquoi ?
    Les parents touchent quand c’est de la faute de l’hosto ou d’un chirurgien en principe, no ?

  5. Malàlatête dit :

    Cher six feet under,
    L’hosto paye pour étouffer l’affaire ou masquer le scandale, préserver sa réputation sinon ça part direct en justice devant les tribunaux.

  6. Nadine Noumouk dit :

    Vous savez ps lire ? « Celle-ci nous apprenait aussi que les proches de la victime ont été reçus par le directeur de l’hôpital. Pour quoi faire ? Une transaction ? Acheter leur silence ? « 

  7. Pascal F. dit :

    Les pires hôpitaux de chez nous se situe dans les Vosges à Epinal et Remiremont. On est jms sûrs d’en sortir vivants.

  8. CAUDERAN dit :

    Ouais mais c koi un mauvais hopital? Celui où on compte le plus de morts ou celui qui réussit à guerir le plus de malades?

  9. MMA zéro tracas dit :

    Si t’as pas de mutuelle, t’es mort ! lol

  10. Vladimir Tr. dit :

    il a raison le gars que seuls des médecins se sont exprimés sur l’affaire du MEDIATOR. C’est eux qui le donnait aux malades !!!!! Tous pourris. Servier va crever et à la trappe toute l’affaire

  11. Natachapas dimportance dit :

    Cet article illustre parfaitement l’hypocrisie en France sur la santé. Les préoccupations sont essentiellement économiques et politiques. Comment Mme Bachelot ose-t-elle encore exposer sa tête, et là, je reste polie, après ce qu’elle a commis. Fabius et le sang contaminé ? En Afrique centrale, les malades ont droit à plus d’égard. Sans oublier, les affaires qui vont faire surface dans les années à venir. Pourquoi bat-on un record de cancer en France ? Qui se soucie de ce chiffre et de la cause ? La cigarette, le Mc Do, l’alcool ? DE plus en plus de femmes sont atteintes par ce mal. Je serais curieuse de connaître l’historique médicamenteux de chacune d’entre elles…

  12. Noémie1254 dit :

    Manger bio, utiliser l’homéopathie en traitement de fond, ça évite bien des soucis de santé de ce genre. Pensez-y !

  13. Prendsnous Pourdescons dit :

    Noémie, un peu de poudre de Perlimpinpin en traitement de fond + une baguette magique (en bois bio de préférence), ça soigne de tous les maux aussi !!!!! Le cabinet du Dr Naturalia est ouvert de 9h à 18h sauf le dimanche.

  14. kangaroos dit :

    Pourquoi ce pharmacien doit soufrir? Pas de justice! La france doit supporter les valeurs de ce pharmacien qui soufre pour defendre ces patients.Dr Amine: on te supporte et le justice va gagner.vous etes unique Dieu va vous aider contre cette Mafia! Bonne chance

  15. Claude Mervert dit :

    Les magouilles sont partout. Je suis écouré par ces pratiques, pourquoi ne pas suivre les recommandations de ce jeune homme qui les mets dans le droit chemin de la santé? Ce refus ne peut être que motivé par le fric des laboratoires versé à cet hôpital !

  16. HASTAG dit :

    le journaliste qui dit, Peut-on craindre un nouveau « Médiator » ? Peut-on risquer d’une angine à l’hosto, ce serait la question !

  17. HASTAG dit :

    crever d’une ANGINE à l’hosto.

  18. Melvin dit :

    Pourquoi ne pas laisser le choix au malade de choisir entre se faire opérer chez lui ou à l’hopital ? Ou pouvoir choisir l’hopital ?

  19. Laura Lachap. dit :

    Je vous recommande chaudement de lire :

    « Elections faussées à la commission médicale d’établissement, l’hôpital de Cholet devrait faire l’enquête à la demande du Ministère de la santé ! »
    Article du Courrier de l’Ouest du 19 février 2013

  20. anonyme dit :

    Mr Umlil sacrifie sa vie notamment professionelle, pour sauver celle des patients. Je trouve son combat admirable et courageux.

  21. adriendudoubs dit :

    Bonjour je pense que Mr Umlil fait consciencieusement son travail tout simplement. Ce qui ne semble pas être le cas de son directeur ! Payé avec l’argent de nos impôts. A la place des familles, je me gênerais pas pour le foutre sur une table d’opération sans anesthésie, MDR !

  22. David N.78595ZO dit :

    si le pharmacien s’appelait eric ou benjamin, il lui foutrait une paix royale. La france colonialiste ne supporte ps de se prendre des leçons de la pars de ses « indigènes » !

  23. Salma R2D2 dit :

    QUAND ON VEUT NOYER SON PHARMACIEN, ON DIT QU’IL EST MALADE MENTAL !

  24. Salma R2D2 dit :

    POURQUOI NE PAS ESSAYER LES MEDICAMENTS ET AUTRES INJECTIONS SUR LE DIRECTEUR AVANT DE LES ADMINISTRER AUX MALADES ?

  25. Thomas Cadelec dit :

    Par malchance, je suppose que le docteur UMLIL n’est pas gay et qu’il ne souhaite pas célébrer son union en mairie, sinon ça belle lurette que ça défilerait sur les Champs Elysées pour défendre sa cause. Taubira dans le baba.

  26. CAMILLIA LOPES dit :

    Bonsoir, Je suis consternée parce que je viens de lire. L’histoire de cet homme qui pensait bien faire au pays des droits de l’homme. Il mérite le poste de Ministre de la Santé. Après tout Bachelot y a eu droit avec les catastrophes qu’on connaît. Pourquoi n’est-elle pas poursuivi ?


Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins