France, News

Brice Hortefeux ne sera pas candidat à la vice-présidence du Parlement Européen

Publié le 26 juin 2014 à 11:54 - 2 Commentaires

7763632735_brice-hortefeux-etait-l-invite-de-rtl-ce-jeudi-8-aout

Selon les informations du Lab d’Europe 1, le parti populaire européen (PPE), qui regroupe les conservateurs, a rejeté la candidature de Brice Hortefeux à la vice-présidence du Parlement européen.

L’ancien Premier ministre français devra se contenter de son mandat d’eurodéputé uniquement. Hier, s’est tenu à Bruxelles l’investiture des candidats du PPE en vue de l’élection des vice-présidents du Parlement européen. Sur les 10 candidats en lice, Brice Hortefeux est arrivé en septième position avec 87 voix. Il est loin derrière l’allemand Rainer Wieland (149 votes), l’espagnol Ramon Luis Valcarcel (109 votes), ou le candidat italien Antonio Tajani (127 votes).

Une défaite qui a un certain goût amer, pour Brice Hortefeux, puisque ses opposants  ne sont pas des « pointures nationales », comme le note un membre du groupe au Lab. De plus, on apprend que  l’ancien premier ministre français n’a pas fait d e véritable campagne et s’appuyait sur sa notoriété afin d’obtenir des suffrages. A cela  s’ajoute le manque d’implication de l’élu dans les affaires européennes.

« Tout le monde sait que ce n’est pas le plus assidu et le plus travailleur. Au Parlement, ce n’est pas sa fonction d’ancien ministre qui va le protéger. Il n’est pas particulièrement populaire au sein du Parlement. Il n’est pas particulièrement investi. Ses collègues députés le savent… « , a expliqué un membre du PPE au Lab.

Contacté par le Lab, Brice Hortefeux n’a pas souhaité faire de commentaire.

 

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. Hortefeux : « L’UMP a besoin de Sarkozy » - France | Actu politique - 8 juillet 2014

    […] de la 2ème fête de la Violette, organisée par la Droite forte, Brice Hortefeux a réaffirmé son soutien à l’ancien Président de la […]

  2. Déchéance de nationalité: Brice Hortefeux ne comprend pas ceux qui ont « des vapeurs » à ce sujet - France | Actu politique - 8 février 2016

    […] Brice Hortefeux a affirmé dimanche «ne pas comprendre» ceux, y compris dans son propre parti, qui ont «des vapeurs» au sujet de la déchéance de nationalité, malgré les «errements» du gouvernement à ce sujet. Interrogé sur François Fillon, qui a confirmé dimanche qu’il voterait contre le projet de réforme constitutionnelle, l’ancien ministre a répondu sur BFM TV: «C’est parfaitement son droit, il évoque une question de forme, il dit que la réforme de la déchéance de nationalité ne doit pas obligatoirement être inscrite dans la Constitution et il a sur ce point raison». «François Fillon a raison sur l’observation de forme», a ajouté M. Hortefeux. «Pour autant, je ne partage pas ses conclusions», a ajouté l’eurodéputé, pour qui cette déchéance de nationalité est «utile». «Je ne comprends pourquoi il y en a qui ont des vapeurs sur ce point: c’est une procédure qui existait dans la Constitution de 1792»,a-t-il souligné, ajoutant qu’il y a eu «523 cas jusqu’en 1967». «Nous l’avons nous-mêmes proposée quand Nicolas Sarkozy était président de la République et moi ministre de l’Intérieur», a fait valoir M. Hortefeux. «Je crois à la force des symboles et à la vertu de l’exemple: la conséquence de la mesure, si elle est adoptée, est que la personne condamnée exécuterait sa peine puis serait expulsée», a détaillé l’élu. Pour lui, «on ne comprend plus rien dans ce que veut le gouvernement, dans ce que veut la majorité». Il a fustigé un «mélange d’errements, de couacs, de manœuvres politiques» et remarqué que «nous en sommes à la 5e ou 6e position» du gouvernement depuis le discours de François Hollande au Congrès le 16 novembre, trois jours après les attentats. […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins