Election municipale 2014, France, News, Parti de Gauche

Le Front de Gauche se fissure lors de son université d’été

Publié le 26 août 2013 à 12:41 - 0 commentaire

Mélenchon LaurentPierre Laurent (Parti Communiste) et Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) se sont opposés ce week-end encore à l’occasion de l’université d’été du Front de gauche à Grenoble. A l’origine de cette discorde : d’importantes divergences concernant la stratégie à mettre en place en prévision des municipales de 2014.

«Il n’y aura pas une ville de plus de 10.000 habitants où le Parti de gauche (PG) ne présentera pas une liste autonome!» a lancé dimanche Jean-Luc Mélenchon lors de son intervention de clôture de l’université d’été du Front de gauche. L’homme fort du Parti de Gauche ne cesse, en effet, de prendre ses distances avec un gouvernement socialiste qu’il accuse de « mener une politique de droite ». Laurent, fidèle à la tradition du communisme municipal, voudrait, lui, étudier les situations au cas par cas et favoriser des listes d’union pour sauvegarder ses élus. Le PCF revendiquait cet hiver 761 maires PCF et apparentés et 8007 conseillers municipaux, dont 2397 maires adjoints. Pour Pierre Laurent, l’affaire se résumerait en une seule alternative : «l’élection de majorités de gauche ou l’élection de majorités de droite». «Je crois que notre devoir est l’élection de majorités de gauche. Et nous ne devons pas renoncer à cet objectif au risque de nous mettre dans de graves difficultés pour l’avenir du Front de gauche.»

Est-on en train de voir se fissurer le Front de Gauche? «Il y aura des moments, pendant la campagne des municipales où le Front de gauche sera entre parenthèses», a confié au Figaro François Delapierre, bras droit de Mélenchon. «En particulier lorsque le PG se présentera contre une liste d’alliance PCF-PS.»

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins