France

Merah: un indic des renseignements français ?

Publié le 27 mars 2012 à 16:59 - 0 commentaire

Le journal italien Il Foglio affirme que l’auteur des tueries de Toulouse et Montauban voyageait en réalité sous couvert des services de renseignements français. Selon le quotidien, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) aurait utilisé le jeune Toulousain de 23 ans comme informateur, obtenant ainsi son entrée en Israël en septembre 2010.

Mohamed Merah n’était « ni un indic de la DCRI ni d’autres services français ou étrangers », a démenti, mardi, le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini.

Le correspondant de France 2 à Jérusalem, Charles Enderlin, a confirmé à FTVi que Mohamed Merah est bien entré sur le territoire israélien en septembre 2010 par le pont Allenby, un point de contrôle à la frontière avec la Jordanie, dans la vallée du Jourdain.

« Interrogé par les services de sécurité israéliens, il s’est présenté comme un touriste. Ni son nom ni son passeport, qui ne comportait a priori qu’un tampon jordanien, n’ont éveillé la suspicion et les services de sécurité l’ont laissé passer », indique le journaliste.
Selon lui, il serait toutefois « étonnant que la DGSE ait besoin d’un Mohamed Merah pour recueillir des informations en Israël ». Elle dispose de « représentants officiels à l’ambassade de France à Tel Aviv et au consulat de France à Jérusalem, qui sont en contact avec les services de sécurité israéliens et palestiniens ». « Soyons sérieux. Quelle info un espion comme Merah peut-il collecter en Israël ? Sur les missiles ? La bombe ? L’Autorité palestinienne ? », ironise par ailleurs Charles Enderlin sur Twitter.

« Ce qui interpelle, quand même, c’est qu’il était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu’il était islamiste, mais parce qu’il avait un correspondant au renseignement intérieur », relève de son côté Yves Bonnet, ex-patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST) dans La Dépêche du Midi. « Or, ajoute-t-il, avoir un correspondant, ce n’est pas tout à fait innocent. »

Mohamed Merah avait été entendu en novembre 2011 par un agent de la DCRI de Toulouse pour « recueillir des explications sur son voyage en Afghanistan », selon Squarcini. C’est ce même agent qui est intervenu pour négocier avec lui lors du siège du Raid et qui s’est entendu dire par Merah : « De toute façon, je devais t’appeler pour te dire que j’avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j’allais te fumer. »

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  Dix députés iraniens – sur 290 – ont demandé au ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, que Laurent Fabius ne vienne pas à Téhéran, selon l’agence semi-officielle Isna. De son côté l’agence Fars, proche des conservateurs, cite un des anciens représentants du Guide suprême Ali Khamenei, au sein des Gardiens de la révolution, […]
Lire la suite
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • Les prénoms de la discorde !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins