Economie, International, News

Portugal : la crise pousse les automobilistes à déserter l’autoroute

Publié le 27 août 2013 à 12:28 - 0 commentaire

Autoroute

 

D’après un article paru le 26 août sur LeMonde.fr, en augmentant les droits de péage, le gouvernement portugais n’a réussi qu’à faire fuir les conducteurs. Selon la société spécialisée dans l’information sur les transports Inrix, le Portugal est le pays où la circulation a le plus diminué en Europe, avec une baisse du taux d’embouteillages de 50 % en 2012, et de 68 % sur les trois premiers mois de l’année.

Gratuites jusqu’en 2012, les autoroutes portugaises sont pour certaines devenues payantes. Environ 900 kilomètres de route sont concernés sur les 2 600 que compte le pays : par exemple, il faut mettre 22 euros de péages pour relier Porto à Lisbonne (300 kilomètres). Même somme pour descendre dans la région touristique de l’Algarve en partant de Lisbonne (280 kilomètres). L’instauration de péages sur ces autoroutes est l’une des mesures exigées par les bailleurs de fonds du pays en échange de l’aide exceptionnelle de 78 milliards d’euros, accordée en mai 2011. La Direction générale des autoroutes et routes du Portugal (Estradas de Portugal) peut ainsi rentabiliser les longs et coûteux rubans goudronnés qu’elle a déroulés dans le cadre de partenariats publics-privés dans les quinze à vingt dernières années. Gros bénéficiaire des aides européenne (près d’un quart des fonds de développement régional a été consacré aux routes), le réseau autoroutier a été considéré comme un outil de désenclavement et de croissance économique. Des SCUT, autoroutes « sans frais pour les utilisateurs », avaient même été créées en 1997 pour les régions défavorisées… coûtant à l’Etat plus de 700 millions d’euros par an.

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins