Election municipale 2014, France, News

A La Membrolle-sur-Longuenée, le maire ne trouve pas de successeur

Publié le 27 novembre 2013 à 19:34 - 0 commentaire

maire La Membrolle-sur-Longuenée

Capture d’écran LeParisien.fr

 

Dans 4 mois, c’est le premier tour des élections municipales, le maire actuel ne veut pas se représenter, et aucune liste n’est pour le moment constituée pour se présenter.

Jean-Louis Gascoin, maire de ce village situé à côté d’Angers, est resté durant 3 mandats depuis 1995, déclare « avoir fait son temps » et ne souhaite pas se représenter « quoi qu’il arrive ».

Du côté de ses adjoints et de ses conseillers municipaux, aucun ne souhaite prendre le relais « pour des raisons d’âge, de santé ou d’emploi du temps déjà surchargé ».

 

Vendredi dernier, le maire a organiser une réunion afin d’inciter les habitants à se présenter.

Il a tenté d’expliquer son quotidien : « La mission n’est pas de tout repos. On peut être sollicité pour des histoires de clôtures ou de bruits. Il y a des procédures longues. Quand il y a des pétitions qui circulent contre l’un de vos projets, là, faut être solide ». En déclarant également que ce n’est pas très compliqué : « Mais nul besoin  d’avoir de grandes connaissances techniques quand on est entouré d’une bonne équipe. Ce qui est important, c’est d’avoir des idées ».

 

Les habitants, quant à eux, ne sont pas très motivés : « Etre maire, c’est trop de boulot, ça devient de plus en plus dur». Pour un autre habitant, c’est trop dur : « Faut toujours être dans les papiers, je n’ai pas le niveau pour ça. Dès qu’on a des responsabilités, on se fait des ennemis ». Un autre accepterait à la rigueur d’être conseiller municipal mais « jamais » maire : « Les textes de loi, ça change sans arrêt, c’est trop compliqué ».

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins