Economie, France, News

Rachat d’Alstom:l’épineux dossier de l’Etat

Publié le 28 avril 2014 à 12:08 - 2 Commentaires

Arnaud Montebourg

Depuis l’annonce du rachat d’Alstom par General Electric, le gouvernement se plie en quatre pour trouver un consensus pour conserver ce fleuron industriel français. 

Ce lundi 28 avril, l’Etat va se pencher sur l’épineux dossier du rachat d’Alstom. Le président de la République doit rencontrer Jeffrey Immelt, le patron du groupe américain General Electric. Il s’entretiendra avec l’actionnaire principal, le groupe Bouygues. Il rencontrera en fin de journée le directeur général de Siemens. Ce dernier ainsi que General Electric sont tous deux intéressés par la branche énergétique du fabricant du TGV.

Depuis vendredi, le Ministre de l’Economie Arnaud Montebourg s’active afin que cette entreprise détenue par Bouygues, reste dans l’escarcelle français.Il a déclaré dans le journal le Monde: « Le gouvernement travaille à d’autres solutions et éventualités que celles imaginées seules et sans que le gouvernement n’en ait été informé par Alstom. Alstom est le symbole de notre puissance industrielle et de l’ingéniosité française. Dans ce dossier, le gouvernement exprime une préoccupation et une vigilance patriotiques. »

Le gouvernement ne laissera pas Alstom décider seul de son sort. Arnaud Montebourg a rappelé dans un communiqué hier qu’il « sera particulièrement ferme sur ses exigences de maintien et de créations d’emplois, d’investissements et de recherche-développement en France, ainsi que le maintien des centres de décision en France ». Mais entre General Electric et Siemens, l’Etat semble marqué sa préférence pour le groupe outre-Rhin qui assure « maintenir les emplois en France pendant au moins trois ans » et « continuer à développer l’activité ». Une décision surprenante lorsqu’on sait qu’en 2004, l’exécutif  s’était opposé à un rachat par Siemens, lors du sauvetage d’Alstom, en pleine faillite. Une position qui n’a pas manqué de faire réagir l’opposition. Marine le Pen a dénoncé « l’inaction et la passivité du gouvernement sur le dossier Alstom », quand Laurent Wauquiez (UMP) parle d’un « amateurisme ». Le président du Front de Gauche, Jean-Luc Mélnchon, lui, s’est prononcé en faveur d’une « nationalisation temporaire » du bombardier.

Du coté de l’industriel français, Patrick Kron, le PDG se dit se donner le temps de la réflexion. Alstom précise qu’il « informera le marché d’ici mercredi 30 avril matin » du fruit de sa réflexion et que, « dans cette attente », la cotation du titre à la Bourse de Paris « reste suspendue  ». Le groupe industriel emploie 93 000 personnes dont 18 000 en France.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Selon Daniel Tourre, le protectionnisme de Montebourg n’est pas une bonne idée - France | Actu politique - 19 mai 2014

    […] le dossier Alstom, Arnaud  Montebourg mise sur le patriotisme économique, un courant de pensée inspiré par […]

  2. L’Etat compte entrer dans le capital d’Alstom - France | Actu politique - 23 juin 2014

    […] à un accord avec l’américain General Electric et l’actuel propriétaire d’Alstom Bouygues. »Le groupe Alstom est maintenu, désendetté et renforcé », a […]

Réagissez

Laisser un commentaire

L'édito

Bernard Tapie annonce dans le JDD qu’il a décidé de faire son retour en politique
Bernard Tapie fait son retour sur la scène politique. Il a confié au Journal du dimanche que les résultats des dernières élections régionales l’ont convaincu de revenir. L’ancien président de l’Olympique de Marseille met notamment en avant son bilan face au Front national pour justifier ce retour. Il n’explique pas s’il revient au sein d’un parti […]
Lire la suite
  • Laurent Fabius n’est pas le bienvenu en Iran
  • Menacer Obama expose à 5 ans de prison: « Bah ouais morray »
  • La mode, une arme politique !
  • tous les éditos

    L'actu en dessin


    tous les dessins